L'Air Des Machines

by Tom Chicoine

supported by
Maison Planàterre
Maison Planàterre thumbnail
Maison Planàterre Avec cet album, j'ai passé cette soirée un peu perdue de milieu de semaine à me dire "Ah oui cette toune là avec ces accords chantants", ou encore "Ahhh! Bien pensé que cette tournure de phrase avec ces sons là". Donc une belle soirée rien de compliqué en compagnie de cette musique de Tom.

Sur vidéo,

"L'est":
www.youtube.com/watch?v=seqM8BzbQbk
"1945":
www.youtube.com/watch?v=YcY9WNrEjcw
"L'air des machines" avec Vanessa Borduas:
www.youtube.com/watch?v=GCq2Ft6uC58 Favorite track: Ignorance Délébile.
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      $9 CAD  or more

     

1.
2.
03:43
3.
4.
5.
03:22
6.
02:56
7.
03:19
8.
9.
03:54
10.
04:03

about

Enregistré entre Novembre 2014 et Mai 2015 au Studio Piccolo, au Studio de Yanik et dans la maison abandonné dans l'Brûlé.
(L'Est, Session de la Ruche)

credits

released April 19, 2016

Textes et musique : Tom Chicoine
Excepté L’Air des Machines, musique David Perrault
Réalisation : Yanik Garon
Arrangements : Tom Chicoine, Yanik Garon, Olivier Savoie-Campeau, David Perrault, Alex Kirouac, Josiane Rouette
Prise de son : Yanik Garon, Patrice Pruneau
Mixage : Yanik Garon
Mastering : Richard Addison, Trillium Sound Mastering
Photos Marc-André-Dupaul
Design et graphisme Mathieu Lacombe, Tom Chicoine, M-A Dupaul
Correction des textes Rosal Chico

tags

license

all rights reserved

about

Tom Chicoine Saint Dominique, Québec

contact / help

Contact Tom Chicoine

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Golf Boule Rock
Encore quelques kilomètres avant d’arriver
Voir le décor qui passe un peu plus vite que les idées
La route est longue, le temps au talent m’empêche de penser à ton corps si joli
Et qu’entre nous deux, tout est fini
 
Mon char soupire à fendre l’âme 
Le moteur essoufflé n’a plus la flamme
La plymouth 48 veut rien savoir 
Suivre le fleuve dans le noir
 
L’appel du large dans ma cour
Les virages sur les chapeaux d’roues   
Les dérapages lève la poussière et le vent qui souffle dans mon cou
 
J’sens l’odeur du fleuve qui approche 
Le poids du stress qui décroche
Voir le compteur qui tourne les truands qui s’pavanent 
Qu’entre le chemin du 7 jusqu’à Matane 
Y’aura toujours l’arrêt au Golf Boule Rock
Track Name: Yeux Couguar
Ses cheveux blonds se laissent tenter par le tempo
Ses souliers bien cirés font des mouvements en stéréo
Sur ses lèvres rouges obscènes, Dans mes oreilles l’acouphène 
Dans ses yeux couguar, 
La nuit s’couchera pas ce soir
 
Longues comme l’hiver ses jambes gainées de soie
Dansent et s’avancent devant moi.
Le blues roule dans ma tête, Ses cils battent sur la fête 
Dans ses yeux couguar 
La nuit s’couchera pas ce soir
 
Quand le tonnerre me traverse le corps
Je me lève et j’vais la voir
Le désir cogne à la porte 
Son sourire me transporte 
Dans ses yeux couguar 
La nuit s’couchera pas ce soir
 
Les vapeurs de whisky dégourdissent nos idées folles
Dans ses yeux boussoles les heures s’envolent 
Au dessus de nos têtes étourdies les artifices de la nuit
 
Pendant qu’le ciel se dessine un matin
La nuit couguar se dirige vers sa fin
Ses lèvres frôlent les miennes, j’crois qu’j’vais fondre d’un coup                                       
J’préfère pas la revoir car j’vais virer fou
Dans ses yeux couguar 
La nuit s’couchera pas ce soir
Track Name: Le P'tit Cadran
Tellement peu souvent je crois que le temps est lent           
Comme si je tournais à contre-sens de mon courant          
La tête un peu partout l’cadran flash dans la rétine
Ajoute un peu de stress pour qu’a pompe fort la machine
 
Le p’tit cadran arrive au bon temps à bon port                                         
Mais moi j’me d’mande encore comment j’vais m’y rendre
 
Machinalement le temps avance sans même s’essouffler                         
Tandis que moi je sens la cadence me pousser
Mes genoux ont envie d’plier mais moi je reste là
Mon père m’a toujours dit qu’les hommes de carrière ça braille pas
 
On dit qu’le temps fait bien les choses mais moi j’y crois plus
J’me dis qu’le temps c’est comme d’l’argent liquide que j’ai trop bu
 
Tellement trop souvent je crois que j’n’ai pas le temps 
De r’prendre mon souffle et puis de r’garder droit devant
Track Name: L'Air Des Machines
Qu’est-ce tu dirais si enfin J’allais te r’joindre dans la grande ville 
Respirer l’air des machines ou jouer sur le toit des buildings 
Un air connu que tu aimes bien 
 
L’appartement n’est pas très grand mais pour toi j’ferais d’la place 
Là où l’été plombe sur la masse, là où l’hiver est blanc
L’appartement n’est pas discret, t’entends l’écho des robinets
Sur les trottoirs la démesure et l’eau qui coule entre les murs 
 
Je ne m’ennuie plus de la pâture et ses parcelles de bois
La ville a pris une autre allure depuis que tu es là 
Montréal n’est pas si pire, elle s’élance sur le fil
De festivals qui éclairent la ville de tout son long tu l’entends vivre 
Qu’est-ce t'en penserais si demain j’emménageais dans Ville Marie
Voir les couleurs sur Bleury, se geler les doigts sur St-Denis et être la toune qui comble tes nuits 
Track Name: Stearman
La fumée noire s’échappe de son coeur mécanique pendant que le mien se serre contre ma chemise en jeans
C’est le retour des années éclectiques. Se sentir à la deuxième guerre frais sorti de l’usine. 
L’hélice tourne, c’est magnétique. L’hélice tourne pas c’est électrique 
Laisse-moi m’envoler dans ton Stearman 
Tour de contrôle, Piste 5
Laisse son emprunte sur la tôle 
Le vent pousse sous les ailes
Le bruit sourd déchire le ciel 
Laisse-moi m’envoler dans ton Stearman 
Track Name: Liberty Bell
Dans la nuit pesante je m’échappe vers le vide
Pousser la porte, pousser ma luck timide
Je vois la gazoline qui sort de la vitrine
Bien assis l’autre bord je crinque ma machine et pis mon change à la racine 
 
Y’a du monde qui passe mais je vois rien aller
Je focus sur la lumière j’me sens bien aligné 
J’peux lancer les dés, jouer mes cartes, compter 21, gagner au black jack. 
Les néons du gaz-bar illumine la vue de ma vie diesel 
J’fais spinner les cloches de la Liberty Bell 
 
Comme à Las Vegas et ses artifices. Bien dans mon espace, me sentir électrique.
Track Name: 1945
1945, en pleine tempête de neige 
Un orage électrique, le clocher devient magnétique 
 
J’entends la sirène qui descend de la ville
Monte la côte à plein régime. Le flash se casse dans ma fenêtre 
 
J’entends la sirène, comme des cris de loups
Ça coule dans leurs veines. Les flammes s’échappent de partout 
 
On le voit à des miles, le clocher ne tient qu’à un fil 
Le brasier consume les nuages. Le soleil se lève sur mon village
Track Name: Ignorance Délébile
Assis sur un banc de bois d’grange devant cette eau sale pleine de mensonge 
Des spoutniks qui s'éteignent et qui s’allument. Moi et ma guitare devant la lune 
Les mauvaises herbes trop longues à côté d‘l’asphalte et du béton
Le canard a bonne voix nasille, s’fait enterrer par la locomotive
 
Le sol s’effondre sous nos pas face à la nature on fait pas l’poids 
Elle essaie de crier plus fort qu’la ville et l’ignorance nous rendra délébile
Un bruit sourd et sec rempli de couleurs. Le ciel fumant derrière la noirceur
Les éclairs et la mer encaissent toute la douleur. En dessous d’ces gens émerveillés
Track Name: Café Noir
Un café noir pour emporter. Les idées claires restent fixées. 
La neige colle sous mes souliers. Réchauffe moi p’tit verre cartonné 
Marche, marche sans audace. La vérité te saute dans face
Bordée de neige sans merci. T’empêches de prendre ton raccourci 
 
L’amour en stéréo. Une trame de son qui fige le temps.
Éclaire de toutes ses forces. Décembre centre-ville. 
 
Ce soir la lumière de la ville a quelque chose de plus qu’avant
J’me réconforte là où nos visages se tamisent, là où c’est plus important
 
Là où les nuits ne cessent d’embellir, là où les filles ne cessent de s’mentir
Là où les bills ne cessent de finir, là où les lifts ne cessent de s’enfuir 
Track Name: L'Est
La nuit de l’est pousse sur ses rails
Un train fantôme d’un kilomètre
Comme dans un film, sa lueur taille
Le vent, les routes et les forêts
 
Comment tu dors la nuit?
 
Les maisons tremblent leurs vieux jours
Au rythme des coups sur les rails
Termine sa course le long du Lac
Bombe atomique sur Frontenac
 
Le temps s’arrête subitement et
Mes pensées s’accrochent à l’instant
Les images passent et r’passent encore
La faute se jette sur tous les bords
 
Quand l’ciel se change couleur sépia
L’histoire se casse, l’image s’imprime
Le vent te pousse sur le mur du fond
Le reste s’écroule sous le souffle du son